Quels risques de consommer de l’alcool pendant la grossesse ?

3180
Quels risques de consommer de l’alcool pendant la grossesse  : Les effets de l’alcoolisme pendant la grossesse, peuvent être plus graves pour les bébés que vous ne le pensez. Entre malformations, déficience intellectuelle et troubles du comportement, plus de 15 000 enfants naissent chaque année en raison de l’alcoolisme foetal.

Quels risques de consommer de l’alcool pendant la grossesse

La majorité des femmes réduisent leur consommation pendant la grossesse, ce changement se faisant en général au premier trimestre de la grossesse.
 Dans l’enquête nationale périnatale  il y’a 2 ans 5 % des femmes interrogées en maternité suite à l’accouchement déclaraient consommer au moins un verre d’alcool par jour pendant la grossesse.
Heureusement en, ce pourcentage avait diminué à 3,9 % l’année dernière, mais c’est encore trop car l’alcool est néfaste pour le fœtus et ceci quelle que soit la dose ingérée.
Quels risques de consommer de l'alcool pendant la grossesse ?
L’alcool passe de façon passive la barrière placentaire et se retrouve dans le liquide amniotique et le sang fœtal.
Sa concentration est alors bien plus élevée car l’équipement enzymatique de détoxication (alcool déshydrogénase) n’apparaît chez le fœtus qu’au deuxième mois de la grossesse.
Comme le métabolisme hépatique du fœtus est faible, sa durée d’exposition à l’alcool est plus longue que celle de sa mère. « Quand la mère est gaie, son enfant est ivre »

Quels risques de consommer de l’alcool pendant la grossesse : Développement de l’enfant et alcool

Le développement de l’enfant passe par trois phases intra-utérines successives : l’ovule issu de la fécondation, l’embryon puis le fœtus .
Les différentes parties du corps ne se développent pas toutes au même moment et à la même vitesse.

A lire aussi : Quel est le rôle de la vitamine C ?

La sensibilité de ces périodes de développement à l’alcool est maximale pendant l’embryogenèse pour la plupart des parties du corps (zones noires) et est moindre pendant la période fœtale qui est la période de croissance (zones grises).
 Mais le système nerveux central est potentiellement sensible à l’alcool tout au long de la grossesse.

Quels risques de consommer de l’alcool pendant la grossesse : Syndrome d’alcoolisation fœtal

La consommation d’alcool par la mère au cours de la grossesse va donc entraîner des atteintes multiples du fœtus qui sont regroupées sous le terme de « Syndrome d’alcoolisation fœtal » (SAF).
Le Syndrome d’Alcoolisation Fœtale (SAF) est la forme la plus sévère de ces anomalies. Les conséquences :
  • un retard de croissance ;
  • des malformations ;
  • des troubles intellectuels et comportementaux.
Sans aller jusqu’au SAF, les effets de l’alcoolisation de la femme enceinte sur le bébé peuvent être :
  • un risque de fausse couche ;
  • un retard intellectuel (troubles de l’apprentissage, de la mémorisation, de l’attention, etc.) ;
  • des troubles du comportement.

Quels risques de consommer de l’alcool pendant la grossesse : les alcools à éviter

Tous les alcools sont à éviter. Un demi de bière, un verre de vin, une coupe de vin mousseux ou un verre de rhum contiennent la même dose d’alcool. Soit environ 10 grammes d’alcool pur.

Quels risques de consommer de l'alcool pendant la grossesse ?

Quels risques de consommer de l’alcool pendant la grossesse : Prévention

L’utilisation de campagnes d’informations sur les méfaits de l’alcool pendant la grossesse sont malheureusement encore peu nombreuses en France.
Cette prévention primaire est très peu développé, notamment auprès des jeunes, alors que l’option-zéro est actuellement recommandée au Etats-unis.
 Peu de gens, savent en effet que l’alcool au cours de la grossesse est la première cause de retard mental acquis de l’enfant dans notre pays.
La prévention secondaire repose sur la recherche d’une consommation d’alcool chez la mère.

A lire aussi : Contraction de Grossesse : savoir les reconnaître 

 L’examen clinique de dépistage est le plus souvent pauvre sauf devant des signes d’alcoolodépendance sévère associant une hépatopathie alcoolique (facies , sueur, agitation, tremblement, hépatomégalie) .
 Les dosages biologiques (gamma-glutamyl-transférase,volume globulaire moyen, ASAT et ALAT) dans ce contexte d’adultes jeunes sont le plus souvent normaux.
L’alcoolisation aiguë ne perturbe que très rarement les paramètres biologiques hépatiques. En revanche, l’utilisation de la transferrine déficiente en carbohydrate (CDT) exprimée en pourcentage avec des valeurs de référence inférieures à 2,6%.
Un taux supérieur, évoque avec une très bonne sensibilité et spécificité une consommation d’au moins 30g durant plusieurs jours avec une demi-vie de trois semaines.

Quels risques de consommer de l’alcool pendant la grossesse : Comment résister ?

Les occasions de boire sont nombreuses, surtout aux beaux jours : dîner entre amis, anniversaire, barbecue, mariage, détente en terrasse en été… Pour nous aider à résister, il existe quelques astuces :
  • Ne pas hésiter à emporter une boisson non alcoolisée qu’on aime particulièrement quand on va chez des amis.
  • On peut opter pour les eaux aromatisées, saines, peu caloriques et rafraichissantes en journée : mélanger de l’eau plate ou pétillante avec des fruits ou des herbes et laisser reposer au réfrigérateur.
  • En soirée, on peut opter pour les mocktails (cocktails sans alcool, aux fruits, au thé, aux fleurs…). Internet regorge de recettes maison faciles à réaliser. Smoothies, jus de fruits et tisanes bio sont aussi d’excellentes options pour boire sans danger.
  • Proposer un défi à des proches : zéro alcool pour eux aussi ! Pendant toute une soirée, ou même sur la durée de la grossesse pour les plus motivés !
  • Personne ne sait qu’on attend un enfant ? On peut alors inventer une excuse pour ne pas boire : la prise d’un médicament, un fort mal de tête, une consommation d’alcool importante la veille…