Probiotique et complément alimentaire un bienfait pour votre corps.

335
Probiotique et complément alimentaire un bienfait pour votre corps.

Depuis quelque temps, le probiotique est à la une de nombreux magazines santé et bien-être. S’il ne remplace nullement une alimentation équilibrée, il est un complément apprécié de notre corps, à l’instar des compléments alimentaires. Découvrez tout ce que vous devez savoir sur les bienfaits de cet ami de notre organisme.

Qu’est-ce qu’un probiotique ?

Considéré comme une « bonne bactérie », un probiotique est un élément vivant de notre flore intestinale, dont il est un acteur actif, s’il est en groupe. Il est présent spontanément dans les produits fermentés comme le lait, les yaourts, la choucroute, etc. En effet, la science a démontré qu’il participait grandement à notre équilibre intestinal, comme l’expliquent les experts santé de la MAAF.

Quelles sont les actions des probiotiques ?

Un probiotique n’agit jamais seul, mais en groupe. Leurs efforts combinés conduisent à des actions diverses selon leur nature. Ainsi, la recherche sur ces bactéries a permis d’établir une liste des principaux effets les plus couramment constatés selon les souches :

  • Production de bactériocines limitant la multiplication et la colonisation des bactéries exogènes.
  • Stimulation de la production et de l’activité des lymphocytes B et T, cellules de l’immunité.
  • Neutralisation partielle des toxines sécrétées par les bactéries exogènes.
  • Réduction des inflammations locales.

De fait, le probiotique et ses comparses favorisent, à leur façon, le renforcement des systèmes de défense immunitaire de notre corps. Découvrez toute l’actualité de la santé avec Santé-avenir.fr.

Les probiotiques reconnus

Avec les avancées scientifiques, on détermine peu à peu les actions pertinentes des différents probiotiques. Ainsi, on sait désormais que le probiotique issu de la souche L. rhamnosus GG peut jouer un rôle préventif et curatif sur l’eczéma atopique du nourrisson. La L. fermentum agit positivement sur les formes sévères et extensives de cette maladie. Il est également démontré que cette même souche, donnée en complément à des enfants chétifs, favorise leur prise de poids et développe leur immunité envers les infections inhérentes aux insuffisances pondérales. On peut également citer les souches L. rhamnosus GG, L. casei Shirota, L. casei Defensis, L. bulgaricus et S. thermophilus qui diminuent les épisodes diarrhéiques sérieux. La souche L. reuteri protectis semble réduire la fréquence des infections respiratoires et gastro-intestinales. D’autres souches jouent des rôles préventifs et curatifs notoires, à l’instar des souches L. planturum, L. rhamnosus GG, L. acidophilus.

Différence entre probiotique et complément alimentaire

Si le probiotique est une bactérie naturelle, le complément alimentaire se distingue par le fait qu’il est un concentré de nutriments. Par exemple les vitamines (A, B, C…), sels minéraux (calcium, magnésium…), éléments nutritionnels ou physiologiques comme les oligo-éléments (fer, fluor, manganèse…). Corrigeant ainsi les carences alimentaires de l’organisme. Cependant les compléments alimentaires ne permettent aucunement de prévenir, traiter ou guérir d’une quelconque maladie. Et, comme les probiotiques, ils ne se substituent surtout pas à une alimentation saine et variée. Vous trouverez une sélection de probiotiques sur naturalforme.fr.

Petits coups de pouce à une alimentation variée

Les probiotiques pris de manière préventive, comme les compléments alimentaires, sont de sérieux coups de pouce pour booster notre forme. Ainsi Ils préservent notre santé en cas de carences alimentaires et participent au bon équilibre de notre organisme. Mais, la clé d’une pleine santé demeure une excellente alimentation qui repose sur la diversité et une bonne hygiène de vie.

  1. Un petit-déjeuner complet intégrant un produit céréalier, un produit laitier, une boisson chaude sans sucre ou très peu et, éventuellement, un fruit.
  2. Un minimum de trois repas par jour.
  3. Une alimentation centrée autour des 5 portions de 80 à 100 grammes de fruits et/ou légumes par jour.
  4. Une consommation de viande rouge limitée (500 g maximum par semaine).
  5. Une variété de sources protéiniques.
  6. Une portion de céréale et légumineuse à chaque repas.
  7. Une attention particulière au sucre, au sel, aux matières grasses.
  8. Une alimentation sans produits industriels (plats préparés, sodas, pâtisseries).
  9. Une consommation d’alcool modérée.
  10. Une hydratation du corps tout au long de la journée : au minium de 1,5 l d’eau par jour.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici