Naissance prématurée. Le début précoce de la vie

Causes et facteurs de risques

Les médecins font la distinction entre les enfants modérément prématurés (32e à 37e semaine), les enfants très prématurés (28e à 31e semaine) et les enfants extrêmement prématurés (à partir de la 25e semaine et avant la 28e semaine). Les bébés prématurés pèsent fréquemment moins de 2,5 kg et ont besoin de soins intensifs suivant leur étape de développement.

Souvent, les causes d’une naissance prématurée ne sont pas clairement identifiables. Elle est due à un ensemble de facteurs tels que des maladies antérieures à la grossesse, des infections, du stress psycho-social, l’âge de la mère, des substances nocives ou toxiques spécifiques ou des troubles durant le développement du fœtus. Les causes possibles d’un accouchement prématuré :

  • Les infections vaginales comme la chlamydia, par exemple
  • Les maladies antérieures de la femme enceinte : diabète, hypertension, affections thyroïdiennes et rénales
  • Des malformations de l’utérus ou du placenta
  • Une grossesse multiple
  • Des troubles du développement de l’enfant
  • Des anomalies génétiques dans le fœtus
  • La rupture prématurée du sac amniotique
  • Le surpoids ou le poids insuffisant de la femme enceinte
  • L’âge de la femme enceinte : moins de 18 ans ou plus de 35 ans

Cependant, il existe également des facteurs externes qui peuvent accroître les risque d’accouchement prématuré. On retrouve notamment la consommation excessive de nicotine et d’alcool ou le stress excessif pendant la grossesse. Les risques d’avortement spontané peuvent diminuer si la femme enceinte consomme des aliments bénéfiques pour la santé et ne fait pas d’efforts physiques excessifs.

D’autre part, il est essentiel de profiter des consultations médicales de prévention pour effectuer des contrôles réguliers. Les signes d’un accouchement prématuré imminent peuvent être des contractions prématurées, qui se produisent bien avant le terme prévu.

En cas de contractions régulières (jusqu’à trois fois par heure) et de mal au dos, vous devez vous rendre immédiatement à l’hôpital. Cependant, des saignements et un col de l’utérus dilaté peuvent également indiquer qu’il s’agit d’une naissance prématurée. Votre médecin décidera de la marche à suivre : des médicaments ou un repos absolu couchée peuvent retarder un accouchement prématuré imminent.

Césarienne ou accouchement par voie naturelle ?

L’accouchement par césarienne ou par voie naturelle va dépendre de la maturité et de l’état général du bébé. Si les médecins ne soulèvent pas d’objections et qu’il n’y a pas de danger pour la mère et l’enfant, un accouchement spontané peut être possible.

Compte tenu de son faible poids de naissance et du manque de maturation des organes, la césarienne est la seule option pour les bébés extrêmement prématurés. Immédiatement après l’accouchement, les bébés prématurés reçoivent des soins intensifs.

L’assistance médicale des prématurés

Les bébés nés avant la 37e semaine de grossesse ont besoin de soins intensifs après l’accouchement. Plus la naissance est éloignée du terme prévu, moins matures seront les organes vitaux tels que les poumons ou les reins.

Après la naissance, le bébé prématuré est installé dans une couveuse ou sur un lit thermique. Comme il ne peut pas réguler sa température corporelle, la couveuse fournit la température ambiante appropriée. La respiration et les battements de cœur du bébé prématuré sont contrôlés 24h/24.

Les bébés extrêmement prématurés doivent généralement recevoir une assistance respiratoire et sont alimentés à l’aide d’une sonde gastrique. Le contact physique avec la mère et/ou le père est au moins aussi important que les soins médicaux prodigués au bébé prématuré. Dès que l’état de l’enfant est suffisamment stable, il est placé nu sur le torse de la mère et/ou du père pendant au moins une heure par jour. C’est ce que l’on nomme la méthode kangourou.

Emmitouflé sous les couvertures, le bébé peut ainsi entendre les battements de cœur de maman et de papa. C’est ce qui permet d’établir le bébé-parents si important pour l’enfant et de stimuler ses sens.

En règle générale, les bébés sui naissent jusqu’à la 34e semaine ou qui pèsent entre 1,4 kg et 1,8 kg restent dans la couveuse. Plus tard, le bébé est installé sur un lit thermique, en fonction de son développement individuel. Pour que le prématuré puisse finalement partir avec ses parents, il devra avoir atteint un poids minimum de 2,5 kg.

Mais, il est tout aussi important de savoir si la respiration et la circulation du bébé sont stables et s’il est capable de réguler sa température corporelle de manière autonome. De plus, le bébé doit être capable d’allaiter ou d’être nourri au biberon. Les contacts étroits avec la sage-femme, le pédiatre et les infirmières donnent un sentiment de sécurité aux parents, notamment durant les premiers jours avec leur bébé prématuré.

Conséquences et effets secondaires de l’accouchement prématuré

Compte tenu des grandes avancées en matière de soins intensifs, même les bébés qui ont un poids de naissance inférieur à 1 kg ont des chances de survie. Cependant, une naissance trop précoce peut entraîner des conséquences pour le développement de l’enfant

Les naissances prématurées peuvent générer de lourdes séquelles physiques et mentales, ainsi qu’une plus grande sensibilité aux infections et à l’asthme. Troubles du comportement, difficultés d’apprentissage et TDAH (trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité) sont plus fréquemment observés à la garderie et à l’école chez l’enfant prématuré que chez l’enfant né à terme. Des troubles du système moteur peuvent apparaître également.

Les prématurés nés après la 32e semaine de grossesse ont de bonnes probabilités d’avoir un développement normal. Évidemment, tous ces effets ne se présentent pas chez tous les prématurés, mais les risques sont supérieurs.

C’est la raison pour laquelle il est essentiel de suivre de près le développement du bébé prématuré au fil du temps, afin de pouvoir réagir de manière adaptée face à d’éventuels effets secondaires. Ces déficiences peuvent être compensées en partie à l’aide de thérapies qui s’adaptent avec précision à l’enfant.

Aider les parents de prématurés

Pour les parents, la naissance prématurée de leur enfant est une situation extrême : ils font la navette maison-hôpital avec la crainte constante que son état puisse empirer. Ils vivent pendant des semaines, voire des mois des sentiments qui naviguent entre espoir, crainte et joie.

À ceci, il faut ajouter le fait que le père doit se rendre au travail et que les aînés ont besoin que l’on s’occupe d’eux également. Une période aussi stressante n’est pas facile à vivre pour les parents. Lorsque le prématuré rentre finalement chez lui, la vie quotidienne avec lui doit être réorganisée et il est nécessaire de surmonter les premières incertitudes.

Pour prendre le relais de la maman, par exemple, il est possible d’engager une aide ménagère. Certificat médical à l’appui, certaines compagnies d’assurance couvrent ce type de dépenses. Le contact avec des parents de prématurés qui ont connu la même expérience peut être d’une grande aide pour les jeunes parents concernés. Ils peuvent échanger des idées, se réconforter mutuellement et partager des expériences avec des bébés prématurés.