le botulisme : 7 conseils pour prévenir l’ingestion d’aliments contaminés

296

le botulisme : 7 conseils pour prévenir l’ingestion d’aliments contaminés

Le botulisme est une maladie paralytique causée par l’ingestion d’aliments contaminés par des toxines puissantes. Symptômes botulisme, diagnostic botulisme , aliments à risque et traitements pour la soigner.

C’est quoi le Botulisme ?

C’est la bactérie Clostridium botulinum, présente dans certains aliments aliments contaminés, périmés ou mal conservés, qui est responsable de cette affection.
C’est une infection due à l’action de la toxine botulique produite par une bactérie appelée Clostridium botulinum.

Si le botulisme est une maladie neurologique qui reste rare, elle peut se révéler très grave, et peut être une bactérie mortelle dans certains cas, en raison de la puissance des toxines incriminées.

D’autres formes d’intoxications existent et peuvent être à l’origine du botulisme : par inhalation, par le biais d’une plaie, par exemple. Le botulisme infantile peut, quant à lui, toucher les nourrissons.

Cette maladie touche à la fois l’homme et les animaux, mais aucun cas de transmission de l’un à l’autre n’a jamais été observé et il n’existe, par ailleurs, aucune contagion interhumaine.

Cette toxine est également utilisée pour préparer le Botox, un produit destiné à des fins cosmétiques ou thérapeutiques.

Une fois ingérée par l’organisme humain, la bactérie Clostridium botulinum peut produire de dangereuses toxines botuliques, qui sont neurotoxiques, et qui peuvent ainsi bloquer les fonctions nerveuses de la personne et entraîner une paralysie.

Plus la quantité de toxine botulique ingérée est élevée, plus la maladie se déclare rapidement et sévèrement.

L’atteinte neurologique motrice ou sensitive en fait toute sa gravité avec des paralysies des membres ou des muscles respiratoires pouvant se compliquer de détresse respiratoire parfois fatale.

Parmi les formes de toxines botuliques qui existent, 4 peuvent être à l’origine du botulisme chez l’humain : il s’agit des toxines de type A, B, E et F.

ventre gonflé

Qui contracte le botulisme ?

Le botulisme d’origine alimentaire survient après avoir mangé des aliments contaminés contenant la toxine bactérienne, produite par Clostridium botulinum.

Cette toxine ne donne pas de mauvaise odeur ni de mauvais goût aux aliments.

La maladie se développe le plus souvent après avoir consommé des aliments contaminés en conserve mal transformés ou des viandes conservées à la maison.

Comment se manifeste le botulisme ?

Parmi les principaux symptômes, on retrouve des troubles digestifs (nausées, vomissements, diarrhée), des paralysies oculomotrices (vision floue, diplopie, mydriase), des paralysies au niveau buccal (sécheresse de la bouche, difficultés à déglutir et à parler).

Les cas les plus graves sont caractérisés par des paralysies des membres pouvant aller jusqu’à la paraplégie, ainsi qu’à une paralysie des muscles respiratoires.

La propagation de personne à personne ne se produit pas. Une personne peut contracter le botulisme d’origine alimentaire après avoir mangé des aliments contaminés qui n’ont pas été correctement cuits ou réchauffés.

Quels sont les symptômes du botulisme ?

les symptômes du botulisme apparaissent un à deux jours après l’ingestion de l’aliment contaminé et se manifestent par des troubles de la vision, des difficultés de déglutition, une constipation, des vertiges et une sensation de bouche sèche.

Le botulisme d’origine alimentaire produit des symptômes qui affectent aussi le système nerveux.

les symptômes neurologiques du botulisme : 

Puis s’installent les manifestations neurologiques :

– oculaires : mydriase (dilatation des pupilles) bilatérale avec paralysie de l’accommodation (modification de la courbure du cristallin permettant une image nette sur la rétine) et vue double (diplopie) ;

  • motrices : sous forme de paralysie bilatérale et symétrique atteignant progressivement les muscles de la face, des membres, de la respiration. Le risque est la survenue d’une insuffisance respiratoire brutale pouvant entraîner la mort ;
  • en rapport avec un tarissement des sécrétions : sécheresse de la bouche et des yeux (xérophtalmie), atonie (manque de tonus) de l’œsophage d’où des difficultés à avaler les aliments (dysphagie), constipation sévère voire occlusion, difficultés à uriner (dysurie) pouvant aller jusqu’à la rétention d’urine ;
  • une hypotension artérielle orthostatique (chute de la tension artérielle survenant quand on se met debout), des troubles du rythme cardiaque.

Dès les premiers symptômes, une hospitalisation rapide est impérative en raison des trois risques majeurs : la défaillance respiratoire, les troubles du rythme cardiaque et ceux de la déglutition.

Formes Connus du botulisme

Le botulisme peut revêtir trois formes différentes : le botulisme alimentaire, le botulisme infantile et le botulisme par blessures.

botulisme alimentaire

Botulisme alimentaire

L’affection se produit après la consommation d’aliments mal conservés, qui contiennent des toxines émises par le microbe. Il peut s’agir :

de conserves, à base de viandes ou de légumes, réalisées à la maison et qui présentent un défaut de stérilisation ;

plus rarement, de produits industriels réfrigérés sous-vide.

Même si aucune bactérie vivante n’est ingérée, les symptômes apparaissent, soit quelques heures, soit plusieurs jours après la contamination.

Si plusieurs personnes ont partagé un plat contaminé par des toxines botuliques, elles présentent généralement la même atteinte.

Il n’existe en revanche aucun cas de transmission d’homme à homme : la maladie n’est pas contagieuse.

Botulisme infantile

Il concerne les enfants de moins d’un an. Les bactéries se développent dans leur système digestif, profitant d’une flore intestinale qui n’exerce pas encore son effet protecteur optimal.

Elles produisent alors leur redoutable toxine.

La contamination se produit par l’ingestion ou l’inhalation de spores bactériennes.

Clostridium botulinum fait effectivement partie de la famille des bactéries capables de sporuler : lorsque l’environnement dans lequel elles se trouvent devient défavorable, elles se transforment en une structure ronde très résistante. Et lorsque les conditions le permettent, elles redeviennent actives.

Les spores entrent dans l’organisme après ingestion de poussière par exemple. Elles peuvent également être présentes dans le miel, c’est pourquoi il est recommandé de ne pas l’intégrer à l’alimentation des tout-petits.

Botulisme suite à une blessure

La bactérie peut enfin, dans de rares cas, coloniser une plaie et sécréter sa toxine, qui se propage dans l’organisme par l’intermédiaire de la circulation sanguine.

Le Botulisme est-il contagieux ?

La transmission du botulisme ne se fait pas d’un individu à un autre, mais par le biais d’une blessure, par inhalation, ou par la consommation d’un aliment mal conservé, porteur de la bactérie Clostridium botulinum.

Cependant, dans un même foyer, il n’est pas rare qu’il y ait plusieurs cas de contaminations puisque le botulisme alimentaire est souvent lié à la consommation de conserves et bocaux maison, de produits alimentaires mal conservé ou des aliments dont la date de péremption est dépassée.

Si plusieurs membres d’une famille consomment donc le même aliment, et que la bactérie est présente dans ce produit, toutes les personnes qui auront mangé la même chose risquent d’être contaminées…

Les symptômes pouvant ensuite être différents d’une personne à une autre en fonction des réactions du système immunitaire.

Comment prévenir l’ingestion d’aliments contaminés

• Tous les aliments en conserve et en conserve doivent être correctement transformés et préparés.

• Les produits en conserve doivent être chauffés à 241 ° F à l’aide d’un autocuiseur pour tuer les spores de Clostridium botulinum. Des directives spécifiques pour la mise en conserve domestique sont disponibles auprès du Département de l’agriculture des États-Unis (USDA).

• Les aliments en conserve doivent être bouillis pendant 10 minutes avant de manger; cela détruira la toxine botulique.

• Les aliments réchauffés doivent être chauffés à 165 ° F.

• Les aliments congelés doivent être décongelés au réfrigérateur plutôt qu’à température ambiante.

• Les contenants bombés ne doivent pas être ouverts et les aliments à odeurs désagréables ne doivent pas être consommés ni même goûtés. Les boîtes commerciales à couvercle bombé doivent être retournées non ouvertes au vendeur.

• Évitez de conserver les préparations d’ail / d’huile à température ambiante.

cancer du poumon

Les règles d’hygiène pour éviter le développement de la toxine botulique

A l’origine du développement de la toxine : des mauvaises conditions de préparation des aliments. Le réservoir du Clostridium botulinum est l’environnement (sol, poussières, sédiments, eaux souillées).

Une fois présent dans les aliments contaminés, le Clostridium n’est détruit qu’à une température de 100°C pendant 10 minutes ou 80°C pendant 30 minutes et il résiste à la congélation.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (anses) préconise certaines règles d’hygiène primordiales pour prévenir des aliments contaminés, dans le cadre des préparations artisanales alimentaires :

Hygiène de la préparation des aliments à conserver (nettoyage soigneux des végétaux, hygiène de l’abattage des animaux à la ferme et de la préparation des viandes, propreté des récipients ou des emballages).

aliments contaminés

Respect des consignes de stérilisation des fabricants (températures/temps, nombre d’unités de conserves par stérilisateur). Une cuisson par ébullition est insuffisante pour stériliser les denrées alimentaires.

Les boîtes de conserves déformées/bombées et celles dégageant une odeur suspecte à l’ouverture ne doivent pas être consommées. Les légumes contaminés par la toxine botulique ne dégagent pas d’odeur spécifique.

Le respect de la chaîne du froid est indispensable pour les préparations n’ayant pas subi de traitement thermique ou l’ayant subi à un niveau insuffisant. Pour les denrées du commerce, il est nécessaire de respecter les consignes de conservation au froid et les dates limites de consommation.

Il ne faut pas faire consommer du miel aux nourrissons de moins de 12 mois.