Fatigue  du soir : l’ordonnance de la naturopathe

757
Comment résister au coup de pompe de fin de journée ?

Epuisée par la fin de l’hiver, notre énergie et notre résistance au stress chutent : on bâille au bureau après le déjeuner, on s’écroule le soir sur le canapé à peine le film démarré et les nuits ne suffisent pas à récupérer. Les conseils de la naturopathe Nathalie Sacreste pour ne plus céder aux coups de pompe de fin de journée.

Le matin, on tient, mais on s’écroule après le déjeuner : les paupières sont lourdes, on ne rêve que de sieste. Côté travail, on “patine” sur les dossiers avec la sensation de ne plus jouir de toutes ses capacités. Cette fatigue du milieu de journée est associée à une baisse de la sécrétion de noradrénaline. Normalement, ce neurotransmetteur est au top entre 11 et 15 heures. Pour le produire, l’organisme a besoin de vitamines du groupe B, d’acides aminés et de coenzyme Q10. En outre, une certaine lenteur digestive (consommatrice d’énergie) peut augmenter la fatigue.

Pour ne plus avoir envie de s’allonger après le repas

Le premier réflexe est de supprimer le sucré à la fin du déjeuner : plus de pâtisseries bien sûr, ni de sucre dans le café, ni même de fruit. On se limite donc à une entrée, suivie d’un plat comprenant des protéines animales ou végétales, celles-ci étant plus faciles à digérer mais également “dynamisantes”. On les accompagne d’une bonne ration de légumes pour leur apport en vitamines et en Coenzyme Q10.

En cas de digestion difficile après un petit écart, on ajoute 2 gouttes d’huile essentielle d’estragon aux dernières bouchées du repas. Elle facilite le travail de l’intestin et lutte contre les ballonnements.

  • Une huile essentielle ultra-stimulante : inhaler profondément et lentement de l’huile essentielle de menthe poivrée. C’est prouvé, elle améliore les performances physiques, mais aussi intellectuelles, et redynamise instantanément. Toujours en avoir un petit flacon près de soi !
  • Les vitamines “coup de pouce” : les vitamines B favorisent l’équilibre des systèmes nerveux et digestif, ainsi que la sécrétion de noradrénaline. Elles peuvent se prendre sous forme de complément, à raison de 1 comprimé matin et soir en cure d’un mois, à renouveler si besoin (Vitamine B Complex avec vitamine C, Solgar ; Complex B, Energetica Natura. ). Levure de bière et germe de blé en contiennent aussi : à saupoudrer sur tous les plats, pour enrichir son alimentation.

On n’arrive plus à “tenir” le soir

Dès qu’on arrête de bouger (après le dîner) et qu’on se pose cinq minutes, on bascule et on s’endort quasi illico. Du coup, les soirées sont sérieusement abrégées. Une heure après, on se réveille à moitié avant de se traîner jusque sous la couette… Le manque de dopamine et de noradrénaline est flagrant dans ce cas de figure, toujours lié à l’épuisement des surrénales qui entraîne un manque de vitamines, une déminéralisation (manque de magnésium, fer, vitamines du groupe B notamment la vitamine B12, sélénium et oméga 3) et une faiblesse des fonctions principales. Le gras est mal consommé, le fer non transformé, le foie plein de toxines…

La solution : un gros plein de vitamines et minéraux qui aide à mieux résister la journée et à relancer les fonctions vitales, y compris le soir pour ne plus sombrer. On commence par prendre du magnésium, dont il faut fortement recharger le corps. On le choisira sous forme de bicyclinate de magnésium (2 comprimés de 180 à 200 mg le matin et autant le soir au cours du dîner), associé à de la taurine (stimulante) qui permet de bien l’assimiler. A prendre en cure de 2 mois consécutifs.

  • On adopte la spiruline, une petite algue bleue ultra-chargée en oligo-éléments (70% de sa composition) et en acides aminés (30%), et surtout complètement naturelle. On la trouve sous forme de comprimés compressés très pratiques, plus pratiques et préférables aux gélules. On part pour une cure intensive : 5 comprimés le matin et 5 le soir pendant 2 mois. Autre solution, la spiruline en paillettes (attention, ça a plus de goût !), à raison d’au moins une cuillère à soupe par jour.
  • On fait le plein d’acides gras, mais surtout d’Oméga-3, qui soutiennent le cerveau et l’organisme. La source idéale ? L’huile de caméline, en gélules ou en bouteille (en boutiques bios), prendre 2 CS/jour, toujours crue, pendant 4 à 6 mois par an et idéalement tout l’hiver pour recharger l’organisme.
  • Dans la médecine traditionnelle chinoise, on stimule un point de la rate (R6), à l’intérieur de la jambe, à 4 doigts au-dessus de la malléole interne (os de la cheville) : on effectue des mouvements circulaires appuyés 2 minutes de chaque côté. Pour finir par un vrai regain d’énergie, on tapote son dos, juste derrière les omoplates, avec ses poings fermés, quelques minutes.
  • Un massage tonique : il redonne de l’énergie immédiatement et pour au moins 3 ou 4 heures. On part des reins en tapotant, on descend sur l’extérieur des jambes, puis les pieds, on remontre par l’intérieur des jambes, puis le ventre, et poitrine, on enchaîne avec l’intérieur d’un bras jusqu’à la main puis on remonte par l’extérieur du même bras jusqu’à l’épaule pour finir par le crâne et enfin le visage. On effectue 4 fois le trajet complet et c’est reparti pour 4 heures sans faiblir !
  • Un dîner plein d’énergie : un bol de crudités (exemple = une carotte, un morceau de radis noir et une demi betterave, râpées et mangées immédiatement pour une alimentation vivante, chargée en vitamines et minéraux frais ! Et une source de protéines végétales (type tofu) pour une digestion facile, avec un bol de féculents pour les réserves en glycogène, source d’énergie stockée dans les muscles et dans le foie pour le lendemain.

Quand on n’arrive pas à récupérer la nuit

  • Les réveils entre 3 et 6 heures du matin sont souvent liés à un mauvais nettoyage du foie. Le soir avant de se coucher, on prend 2 ampoules d’un mélange radis noir, artichaut et romarin dans ½ verre d’eau, ou 3 comprimés de desmodium : la différence est nette après 3 jours seulement !
  • Si on s’écroule dans le canapé mais une fois au lit, impossible de se rendormir : on ajoute de la rhodiola, une plante psychostimulante dite “adaptogène” qui coupe court aux cercles vicieux : prise le matin (1 gélule de 600 mg à 1 g / jour), elle va aider à mieux gérer le stress dans la journée.
  • On s’écroule mais on se réveille à 3 h du matin : on ajoute la Fleur de Bach® Original  White Chesnut (fleur de marronnier blanc), qui fait taire les ruminations et pensées négatives, les préoccupations qui ont tendance à tourner en boucle ou un spray à la mélatonine qui aide à retrouver un sommeil harmonieux et durable. Si c’est un problème de “décalage” du sommeil (on s’est endormi profondément avant 21h et on a quasiment dormi d’un trait) : 2 ou 3 pulvérisations sur la langue dès le réveil nocturne, garder 1 mn en bouche avant d’avaler.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici