Les 4 stades du Choc Anaphylactique

5447

Les 4 stades du Choc Anaphylactique

Le choc anaphylactique est provoqué par une réaction allergique très violente, c’est d’ailleurs la plus sévère des réactions allergiques, qui doit être rapidement prise en charge par une équipe médicale car il peut entraîner la mort.

Choc anaphylactique : définition

Le choc anaphylactique est une réponse allergique grave qui cause des réactions soudaines et dangereuses pour la victime, notamment au niveau de la respiration.

Il se caractérise également par une chute de la tension artérielle ainsi qu’une éventuelle perte de conscience. Il peut être extrêmement dangereux car il peut entraîner le décès de la victime.

Il se distingue d’une réaction allergique classique par la sévérité et la rapidité des symptômes. Dans les 5 à 20 minutes après l’ingestion de l’aliment ou la piqûre d’insectes, la victime présente un malaise général avec différents symptômes :

  • Cutanés (urticaires, démangeaisons, picotements, rougeurs, brûlures, Œdème de Quincke…)
  • Respiratoires (essoufflement, toux sèche, asthme, voix rauque…)
  • Digestifs (douleurs abdominales, nausées, vomissements, diarrhées)
  • Cardio-vasculaires (baisse de tension artérielle, troubles du rythme cardiaque, tachycardie)
  • Dès l’apparition de plus de 2 symptômes en même temps, il y a danger et risque important d’anaphylaxie.

Règle de base : dès que les symptômes allergiques vont au-delà de la simple réaction cutanée locale, il faut appeler le médecin d’urgence. Par ailleurs, un choc anaphylactique est d’autant plus sévère que les symptômes de l’anaphylaxie surviennent rapidement.

Les patients et leurs accompagnateurs doivent donc réagir immédiatement, dès les premiers signes d’un choc allergique.

allergie pollen

Les 4 stades du Choc Anaphylactique

Stade 1 :

  • Éruption cutanée à différents endroits du corps
  • Démangeaisons
  • Gonflement du tissu sous-cutané
  • Anxiété

Stade 2 :

Symptômes du stade 1, avec :

  • Gonflements s’étendant au-delà du site de piqûre
  • Nausées, vomissements, crampes abdominales, diarrhée
  • Rhume avec écoulement nasal, enrouement, difficultés respiratoires
  • Battements cardiaques rapides, chute de la pression artérielle
    Vertiges

Stade 3 :

Symptômes des stades 1 et 2, avec:

Respiration sifflante, difficultés respiratoires, gonflement du larynx

Troubles de la déglutition et de la parole

Pâleur, sueurs froides (signes d’une forte chute de la pression artérielle)

Coloration bleue de la peau, des lèvres, des muqueuses, des ongles des doigts

Étourdissements

Faiblesse

Peur de mourir

Stade 4 :

Symptômes des stades 1 à 3, avec:

  • Incontinence
  • Collapsus
  • Perte de conscience
  • Arrêt respiratoire et circulatoire

Que faire en cas de choc anaphylactique ?

Soins d’urgence :

Les premiers soins d’urgence en cas de choc anaphylactiques reposent sur les gestes suivant :

  • Injection d’adrénaline à l’aide d’un stylo auto-déclenchant
  • Administration de bronchodilatateur en cas de crise d’asthme
  • S’il n’y a pas d’amélioration dans les 5 minutes qui suivent, injecter une deuxième dose d’adrénaline.

Prise en charge de la victime

  • Rassurez la victime ;
  • Demandez-lui si elle souffre d’allergies. Si la victime n’est pas en mesure de communiquer, regardez si elle a un bracelet médical ;
  • Demandez à la victime ce qu’elle a mangé à son dernier repas et vérifiez s’il était composé de produits à haute incidence allergène ;
  • Demandez à la victime si elle a pris un nouveau médicament ;
  • Appelez les secours ;
  • Demandez à la victime si elle possède un auto-injecteur d’adrénaline ;
  • Aidez la victime à s’auto-injecter ;
  • Vérifiez ses signes vitaux et notez tout changement dans l’état de conscience (le niveau de conscience de la victime).

traitement choc anaphylactique

Traitement : 

Le traitement repose sur :

L’arrêt immédiat de l’exposition à l’allergène incriminé (+++)

Le traitement de l’état de choc (hypoperfusion des organes, hypotension, tachycardie, difficultés respiratoires) par le personnel médical qui :

  •  assure une bonne oxygénation du patient : mise en place d’oxygène voire parfois  intubation si l’œdème laryngé menace d’obstruer la trachée,
  • perfuse le patient pour remplir les vaisseaux et lutter contre l’hypotension,
  • administre de l’adrénaline afin de lutter contre l’hypotension,
  • administre des corticoïdes par voie intraveineuse pour lutter contre la réaction inflammatoire en chaîne qui s’est installée et qui, sinon, pourrait s’auto-entretenir et aggraver secondairement la situation.

La surveillance au moins 48h en milieu hospitalier.

Quelles sont les conséquences d’un choc anaphylactique 

Fort heureusement, les symptômes disparaissent rapidement après le traitement du choc anaphylactique.

réaction allergique

Une fatigue et une confusion peuvent persister pendant quelques heures, tout comme certains symptômes cutanés (urticaire, démangeaisons, éruption cutanée, gonflement des paupières et des lèvres, de la langue, de la gorge, des mains), digestifs (diarrhée) ou respiratoires (asthme).

Après la survenue d’un choc anaphylactique, il est indispensable d’effectuer un bilan allergologique afin de déterminer de manière précise l’allergène en cause puis d’éviter ensuite tout contact avec cet allergène.

La personne doit se munir de la liste des produits contenant l’allergène auxquels elle est allergique, ainsi que d’une seringue auto-injectable d’adrénaline.